amandine Mahot, thérapeute conjugale et familiale, praticienne en hypnose ericksonienne

"Soigner les maux par les mots"

Thérapie par l'Hypnose Ericksonienne

Qu’est-ce que l’hypnose ?

Tous les spécialistes ont leur propre définition et aucune théorie ne fait autorité. Le phénomène hypnotique est si complexe que les praticiens disent volontiers qu’il y a, non pas une, mais plusieurs hypnoses. Seule certitude : ce n’est pas un état de sommeil, mais un état modifié de conscience (EMC), comme le rêve, la transe, la relaxation, la méditation…

L'état modifié de conscience (emc) correspond à une modification de la vigilance normale, celle qui nous permet de raisonner et de vivre au quotidien. Mais elle a ses caractéristiques, dans un environnement monotone où rien ne se passe, où les stimulis sont peu intenses, notre cerveau est en « manque » d’informations. Il se met alors à en produire lui-même en puisant des images dans notre inconscient.

En quelque sorte, on « rêve » tout en restant conscient.

En outre, contrairement à l’état de vigilance normale, où l’attention embrasse de nombreux centres d’intérêt en même temps et passe rapidement de l’un à l’autre, elle est concentrée, en hypnose, sur un sujet beaucoup plus restreint. C’est ainsi que, peu à peu, la personne hypnotisée oublie la réalité extérieure pour entrer dans une réalité intérieure, mais qu’elle vivra comme extérieure.

Seule exception : la voix du thérapeute continue d’être entendue. Ses mots deviennent un stimulus très particulier qui augmente le pouvoir de la suggestion. Celle-ci provoque alors des changements psychologiques ou physiologiques inhabituels (disparition immédiate de douleurs aiguës ou d’un eczéma, etc.). Pourquoi ? Comment ? Cela est encore à ce jour un mystère…

A-t-elle été prouvée scientifiquement ?

Ses effets, oui. De nombreuses études ont montré qu’une suggestion hypnotique entraîne des réponses neuronales. Exemple, celle menée en 1997 par le Pr Stephen Kosslyn, du département de neurologie du Massachusetts General Hospital de Boston : il a présenté à un groupe de seize personnes une palette de couleurs échelonnées et une palette de dégradés de gris. Les réactions de leur cerveau étaient enregistrées par un tomographe à émission de positrons. Lorsque, sous hypnose, on demandait à chacune de ces personnes de « voir » en couleurs la palette de gris, c’était l’aire occipito-pariétale, l’une des zones de reconnaissance des couleurs, qui était activée : le cerveau avait donc réagi comme s’il voyait de la couleur à la place du gris, ce que demandait la suggestion.

Comment se passe une séance ?

« Dormez, je le veux ! » Cette formule légendaire est désormais réservée au music-hall… Pratiquée par un thérapeute, l’hypnose dite Ericksonienne est déclenchée de manière progressive ( il s'agit d'une thérapie brève élaborée par Milton Erickson). Une séance dure de 45 minutes à une heure. Allongé sur un divan ou assis confortablement dans un fauteuil, le patient ferme les yeux ou fixe un point précis dans la pièce ( ou toute autre méthode selon le praticien). Assis sur une chaise à côté de lui, le thérapeute l’invite à se détendre. C’est la phase de « préinduction ». Certains professionnels utilisent un équipement sonore qui diffuse une musique apaisante, et parlent dans un micro d’une voix douce et monocorde. Ils proposent au patient de se concentrer sur certaines zones du corps : c’est la phase d’« induction », qui lui permet de fixer son attention sur lui-même. Une somnolence peut s’installer.

Le thérapeute vérifie l’état de la personne en lui demandant de lever une main ou de croiser les doigts par exemple. Si elle répond à la demande, c’est qu’elle se trouve bien en état d’hypnose. Ensuite, le thérapeute répète des suggestions, directes (« Votre douleur au bras disparaît ») ou indirectes (« Vous êtes dans un endroit agréable »).

A la fin de la séance, le patient se réveille en douceur au terme d’un compte à rebours, pour retrouver le contrôle de ses muscles et revenir à la réalité " ici et maintenant" sans sensation de malaise. Puis, patient et praticien commentent la séance.

Quels sont ses effets thérapeutiques ?

En France, plus d’un millier de praticiens ont recours à l’hypnose. Dans certains cas, elle constitue le traitement lui-même, dans d’autres, elle facilite l’action du médecin.

Ça marche pour…

  • L’arrêt du tabac : 90 % de taux de réussite. L’hypnose aide aussi à lutter contre les effets du sevrage
  •  L’excès de poids et la boulimie : elle exerce un bon rôle de soutien psychologique dans les cures d’amaigrissement.
  •  Lutte contre la douleur : elle ne remplace pas l’anesthésie, mais peut la compléter et permettre de diminuer les doses de médicaments. Elle est aussi de plus en plus utilisée en chirurgie dentaire.
  •  Les troubles psychologiques : stress, phobies, névroses, anxiété, mais aussi impuissance, frigidité, problèmes de trac, de mémoire, etc.
  •  Les troubles digestifs : ulcères, colites ou diarrhées dus au stress.
  •  Les maladies psychosomatiques : maladies de la peau (eczéma, psoriasis, etc.), spasmophilie, rhinites à répétition, troubles de la voix et du chant, asthme.

Ça ne marche pas pour…

  •  La plupart des troubles psychiatriques graves, comme les dépressions aiguës, la schizophrénie.
  •  Le sevrage des drogues dures.
  •  Les maladies chroniques graves.

Qui peut consulter?

Tout le monde peut venir consulter, aussi bien les enfants (qui sont très réceptifs et plus enclin à rentrer dans leur imaginaire), les adolescents et les adultes.

Amandine Mahot, Thérapeute conjugale et familiale. Praticienne en hypnose Ericksonienne

Tel : 06-48-94-87-14

75 bis avenue pasteur 33185 LE HAILLAN

Mentions légales

Consultation uniquement sur rendez vous